navigation

Les réactions nucléaires 29 juillet, 2011

Posté par alae9 dans : Non classé , 1 commentaire

Les réactions nucléaires sont des réaction qui modifient les noyaux atomique.Il en existe des dizaines.

1-la fission nucléaire:

Lors d’une désintégration radioactive, un noyau conserve tous ou presque tous les protons ou les neutrons qui le constituent. Il se transforme peu. Exceptionnellement il peut subir une transformation beaucoup plus profonde. C’est ainsi que certains noyaux lourds et fragiles se cassent en deux fragments à la suite de la capture d’un neutron. C’est la fission.
La fission nucléaire

2-La fusion nucléaire:

La fusion nucléaire, dite parfois fusion thermonucléaire, est un processus où deux noyaux atomiques s’assemblent pour former un noyau plus lourd. Cette réaction est à l’œuvre de manière naturelle dans le Soleil et la plupart des étoiles de l’univers.
La fusion nucléaire

3-La radioactivité:

Il existe trois variétés de radioactivité caractérisées par l’émission de différents rayons émis par le noyau de l’atome:

les rayons a (alpha) sont arrêtés par 6 cm d’air.ils sont constitués de particules alpha composées de deux protons et de deux neutrons (en fait un noyau d’Hélium). La particule est donc chargée positivement. Ces particules alpha ne sont donc que des fragments de noyaux lourds instables qui se réorganisent pour devenir des noyaux plus légers et plus stables (non radioactifs donc!).
Radioactivité alpha

les rayons b (bêta) sont arrêtés par un écran d’aluminium. Ils sont notamment constitués d’électrons et sont alors chargés négativement. Le rayonnement bêta est identique au rayonnement cathodique de votre poste TV!
il existe deux sortes de rayons bêta:
les b- qui sont des électrons de charge négative (radioactivité la plus fréquente!)
les b+ qui seront découverts plus tard, et qui sont des antiélectrons de charge positive.
La radiopactivité béta

les rayons y (gamma) sont très pénétrants et peuvent traverser un coffre-fort. Ils sont constitués de photons (particules de lumière) de haute énergie. Ils ne sont que pure énergie sans aucune masse. Ces photons y émis par le noyau sont dûs au réarrangement interne des nucléons du noyau. Ces nucléons sont organisés en couches concentriques (type oignon), un peu comme les électrons le sont autour du noyau. Dès qu’un nucléon glisse d’une couche nucléaire externe vers une couche plus interne (et donc moins énergétique), ce dernier cède de l’énergie sous forme de photon y.
Radioactivité gamma

Les principales lois physiques 23 juillet, 2011

Posté par alae9 dans : Non classé , ajouter un commentaire

1-La poussée d’Archimède:

La poussée d’Archimède est la force particulière que subit un corps plongé en tout ou en partie dans un fluide (liquide ou gaz) soumis à un champ de gravité. Cette force provient de l’augmentation de la pression du fluide avec la profondeur (effet de la gravité sur le fluide) : la pression étant plus forte sur la partie inférieure d’un objet immergé que sur sa partie supérieure, il en résulte une poussée globalement verticale orientée vers le haut. C’est à partir de cette poussée qu’on définit la flottabilité d’un corps.
Poussée d'Archimède
La poussée d’Archimède équilibre le poids du solide.
En réalité, le point d’application4 de la poussée d’Archimède devrait se trouver au centre du volume immergé, donc plus bas que le centre de gravité du solide.
Pour calculer cette lois on utilise :
PA = ρV g
La poussée d’Archimède PA s’exprimera en newton (N) si la masse volumique ρ est en kg/m3, le volume de fluide déplacé V en m3 et la valeur de la pesanteur g en N/kg (ou m/s2).

2-L’inertie:

En physique, et dans un référentiel inertiel, l’inertie d’un corps est sa résistance à une variation de vitesse. L’inertie est fonction de la masse du corps : plus celle-ci est grande, plus la force requise pour modifier son mouvement sera importante.
La notion d’inertie est à la base du principe d’inertie, première loi de Newton. Elle est encore considérée comme la norme en physique classique. Elle a dû être réinterprétée et augmentée afin de refléter les développements de la théorie de la relativité et de la mécanique quantique.
L'inercie

Les galaxies 11 mai, 2011

Posté par alae9 dans : Non classé , ajouter un commentaire

Les galaxies sont de vastes systèmes d’étoiles et de matière interstellaire, contenant typiquement de plusieurs millions à des milliers de milliards (10^12) d’étoiles, avec des masses allant également de plusieurs millions à des milliers de milliards de masses solaires. Leurs dimensions s’échelonnent de quelques milliers à plusieurs centaines de milliers d’années-lumière, et elles peuvent être séparées les unes des autres par des distances se comptant en millions d’années-lumière. Elles se présentent sous des formes variées : spirales, lenticulaires, elliptiques et irrégulières. Enfin, en plus des simples étoiles, elles contiennent aussi différents types d’amas d’étoiles et de nébuleuses.
M 31
M31
M104 VU EN INFRAROUGE
M104 vu en infrarouge
NGC4414
NGC4414
NGC1300
NGC1300

Les trous noirs et trous blancs

Posté par alae9 dans : Non classé , ajouter un commentaire

Les Trous Noirs:
En astrophysique, un trou noir est un corps extrêmement dense dont le champ gravitationnel est si intense qu’il empêche toute forme de matière ou de rayonnement de s’en échapper (à l’exception notable de la radiation de Hawking, cf. plus bas). De tels objets n’émettent donc pas de lumière et sont alors perçus noirs. Les trous noirs sont décrits par la théorie de la relativité générale. Ils ne sont pas directement observables mais plusieurs techniques d’observation indirecte dans différentes longueurs d’ondes ont été mises au point et permettent d’étudier les phénomènes qu’ils induisent sur leur environnement. En particulier, la matière qui est happée par un trou noir est chauffée à des températures considérables avant d’;être engloutie et émet de ce fait une quantité importante de rayons X. Ainsi, même si un trou noir n’émet pas lui-même de rayonnement, il peut néanmoins être détectable par son action sur son environnement. L’existence des trous noirs est une certitude pour la quasi-totalité de la communauté scientifique concernée (astrophysiciens et physiciens théoriciens).
Trous noirs
Les trous blancs:
Un trou blanc (aussi appelé fontaine blanche) est un objet théorique susceptible d’exister au sens où il peut être décrit par les lois de la relativité générale, mais dont l’existence dans l’Univers est considérée comme hautement spéculative. Il est décrit par certaines solutions mathématiques de type trou noir dans lequel des géodésiques sont issues d’une singularité gravitationnelle ou d’un horizon. Ils forment ainsi le symétrique par rapport au temps d’un trou noir, puisque dans un cas rien ne peut sortir d’un trou noir, et dans l’autre rien ne peut pénétrer dans une fontaine blanche. Techniquement, cela s’exprime par le fait que la singularité gravitationnelle qui existe au sein de ces objets est dans le futur de l’horizon qui l’enveloppe (trou noir), ou dans son passé (trou blanc).
Trou blanc
Les trous de ver:
Un trou de ver est un « tunnel » reliant un trou noir et un trou blanc. À partir des équations de la relativité générale, en 1935, Einstein et Rosen découvraient que les singularités de l’espace-temps formaient en réalité des puits gravitationnels de densité et de courbure d’espace-temps infinis. Cette singularité gravitationnelle fut reprise plus tard pour illustrer la géométrie des trous noirs. Un trou blanc, aussi appelé fontaine blanche, est le symétrique d’un trou noir. Au lieu d’aspirer toute matière, le trou blanc l’expulse et serait alimenté par un trou noir.
Les trous de ver et les trous blancs sont des concepts purement théoriques : l’existence ou la formation physique de tels objets dans l’Univers sont restés non vérifiés.
trou de ver

La lumière,onde et particule

Posté par alae9 dans : Non classé , ajouter un commentaire

La lumière est l’ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l’oeil humain, c’est-à-dire comprises dans des longueurs d’onde de 380 nm (violet) à 780 nm (rouge). La lumière est intimement liée à la notion de couleur. C’est Isaac Newton qui propose pour la première fois au xviie siècle un cercle des couleurs chromatiques1 fondé sur la décomposition de la lumière blanche. Elle peut se mesurer en lux.
Outre la lumière visible, par extension, on appelle parfois « lumière » d’autres ondes électromagnétiques, telles que celles situées dans les domaines infrarouge et ultraviolet.
la lumière

Le photon (particule de lumière)

Le photon est la particule qui compose les ondes électromagnétiques, des ondes radio aux rayons gamma en passant par la lumière visible. En physique des particules (où il est souvent symbolisé par la lettre γ — gamma), c’est la particule médiatrice de l’interaction électromagnétique. Autrement dit, lorsque deux particules chargées électriquement interagissent, cette interaction se traduit d’un point de vue quantique comme un échange de photons.
Le concept de photon a été développé par Albert Einstein entre 1905 et 1917 pour expliquer des observations expérimentales qui ne pouvaient être comprises dans le cadre d’un modèle ondulatoire classique de la lumière3,4,5,6. Il a ainsi montré que parallèlement à son comportement ondulatoire — interférences et diffraction —, la propagation du champ électromagnétique présente simultanément des propriétés corpusculaires. Les photons sont des « paquets » d’énergie élémentaires, ou quanta de rayonnement électromagnétique, qui sont échangés lors de l’absorption ou de l’émission de lumière par la matière. De plus, l’énergie et la quantité de mouvement (pression de radiation) d’une onde électromagnétique monochromatique sont égales à un nombre entier de fois celles d’un photon.
Le concept de photon a donné lieu à des avancées importantes en physique expérimentale et théorique, telles que les lasers, les condensats de Bose-Einstein, l’optique quantique, la théorie quantique des champs et l’interprétation probabiliste de la mécanique quantique. Le photon est une particule de spin égal à 1, c’est donc un boson7, et sa masse est nulle.
L’énergie d’un photon de lumière visible est de l’ordre de 2 eV, soit environ 109 fois moins que l’énergie nécessaire pour créer un atome d’hydrogène. En conséquence, les sources de rayonnement habituelles (antennes, lampes, laser, etc.) produisent de très grandes quantités de photons8, ce qui explique que la nature « granulaire » de l’énergie lumineuse soit négligeable dans de nombreuses situations physiques. Il est cependant possible de produire des photons un par un grâce aux processus suivants :
transition électronique ;
transition nucléaire ;
annihilation de paires particule-antiparticule.
photon

Le spectre éléctromagnetique:

spectre éléctromagnetique

Le quartz ,cet étrange minéral.

Posté par alae9 dans : Non classé , ajouter un commentaire

Le quartz est l’un des minéraux les plus communs. Développe des prismes hexagonaux terminés par des rhomboèdres ou des formes pyramidales.
Les cristaux sont souvent déformés et leurs faces striées.
Le quartz est aussi la source d’une série de pierre semi-précieuse. Renferme souvent des paillettes de mica ou d’hématite comme dans l’aventurine.

Caractéristiques : Le quartz est un minéral composé de dioxyde de silicium de formule SiO2 (silice). Il se présente soit sous la forme de grands cristaux incolores, colorés ou fumés, soit sous la forme de cristaux microscopiques d’aspect translucide.
La structure cristalline est hexagonale à haute température et à basse température.
L’enroulement des hélices de tétraèdres SiO4 peut se faire dans les deux sens, gauche ou droit, ce qui explique les deux groupes d’espace pour chacun des polymorphes.
Constituant 12 % (en masse) de la lithosphère, le quartz est le minéral le plus commun (l’oxygène et le silicium sont respectivement les premier et deuxième constituants, par ordre d’importance, de la lithosphère) ; c’est un composant important du granite, dont il remplit les espaces résiduels, et des roches métamorphiques granitiques (gneiss, quartzite) et sédimentaires (sable, grès).

On compte plusieurs genres de quartz comme l’améthyste,le quartz blanc,citrine…
quartz blanc
quartz blanc
citrine
citrine
améthyste
améthyste
quartz rose
quartz rose
quartz prase
quartz prase

Le trilobite (un animal préhistorique). 10 mai, 2011

Posté par alae9 dans : Non classé , ajouter un commentaire

Les trilobites (Trilobita) constituent une classe d’arthropodes marins fossiles ayant vécu durant le paléozoïque (ère primaire) du Cambrien au Permien. Les derniers trilobites ont disparu lors de l’extinction de masse à la fin du Permien, il y a 250 Ma.Certains trilobites peuvent mesurer 2 mètres de long. Les trilobites sont bien connus car ils sont très abondants dans les roches datant de l’ère primaire. Ils sont également très appréciés des collectionneurs de fossiles par leur beauté et leur variété de formes. Plus de 18750 espèces1 ont été décrites chez cette classe d’arthropodes ce qui en fait l’un des groupes exclusivement fossiles les plus diversifiés.
Les trilobites ont leur propre groupe (trilobites). Malgré leur ressemblance avec ceux-ci, les cloportes (hexapodes) ou certains chélicérates (crustacés, araignées, etc.) n’en sont que des parents éloignés, apparus à la fin du précambrien.
trilobite

les animaux du futur

Posté par alae9 dans : Non classé , ajouter un commentaire

pieuvre singe Dans le futur. les animaux vont vraiment changer d’apparence.
ex 1 : Dans 200 millions d’année les calmars vont sortir a la terre ferme pour donner plusieurs espèces comme les calmars géant des forets et la pieuvre singe.
ex 2 : Dans 100 millions d’année les tortues vont devenir d’immense créatures appelées tortunosaure. Ici sur la photo du haut ce sont les pieuvres singe,et pour celle de bas des tortunosaure.
tortunosaure
ex 3 :Les escargot vont aussi évoluer pour donner dans 200 millions d’années un animal appelé:
le suceur sauteur ,il tient debout et saute pour faire un minimum de contact avec le sol brûlant.
Il ne produit plus de lave car il n’en a plus besoin puisqu’il saute et aussi pour Économiser son eau qu’il tire des herbes qu’il avale,le suceur sauteur a une peau très épaisse pour que l’eau contenu dans son corps ne s’évapore pas.suceur sauteur
Remarque:Dans 200 million d’année les mammifères,les oiseau et les poissons n’existeront presque plus.

infomonde |
sebougreau |
Renaissance et Unification |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | collège Adberrahim Bouabid ...
| Biblio-Titanic
| DogPeople